11/05/2013 - Petite pause à Inhambane

Publié par Nous, le 15 Mai 2013

Le matin, on compte quitter Zavora pour rejoindre Inhambane. Il a plu cette nuit, et ce matin à nouveau assez fortement. On se demande, un peu inquiets, dans quel état va être la piste. Pour les parties les plus sableuses, ça devrait être plus facile qu'à l'aller avec un sable mouillé un peu tassé par la pluie. Mais on est aussi passé des zones plutôt argileuses, et ça, avec toute cette pluie, ça a dû donner une boue bien glissante ... La première partie est la plus sableuse et la plus vallonnée. C'est elle qui nous avait le plus inquiété à l'aller. On est un peu juste sur une montée, mais ça passe très bien, une fois que le morceau de protection plastique qui trainaît depuis le Lesotho sous la voiture se soit fait arrâché... On arrive aux derniers kilomètres les plus argileux. Sur une zone de 300 mètres environ, il y a une belle boue bien grasse et retournée par le passage de camions qui s'affairent dans le coin. On n'a pas d'autre choix, on prend un peu de vitesse et on se lance. On arrive à "surfer" dans la boue jusqu'à un petit virage à 50-100m de la fin de la zone boueuse où la voiture part en glissade. On tourne de 90° par rapport à l'axe de la route et on s'arrête doucement, l'avant un peu planté dans la boue en bord de piste. En sortant de la voiture, on manque de tomber tellement la boue est glissante. Pour repartir, il va falloir manoeuvrer. On récupère quelques morceaux de bois à mettre derrière les roues. Deux mozambicains qui passent viennent nous aider en poussant la voiture. Grâce à eux et aux morceaux de bois, la voiture recule. Ils nous poussent ensuite vers l'avant et on repart dans l'axe de la piste. Sympa leur aide, sans la moindre hésitation, malgré qu'ils se soient bien salis ! Quelques mètres plus loin, nous voilà sortis d'affaire et on arrive rapidement à la route goudronnée. Ouf ! La suite du trajet pour Inhambane se passe sans souci. Arrivés en ville, on amène la voiture à laver : elle a de la boue vraiment partout etfait du bruit à l'embrayage. Le gars la passe au karscher en détail, dans les moindres recoins, même sous le bas de caisse (il la lève sur des rails) et dans le capot, frotte, astique : du bon boulot. C'est incroyable tous les morceaux de boue qui sortent de partout, ça re-décore le sol du garage en rouge ! Il faut 1h pour enlever tous les paquets de boue. On cherche ensuite un hôtel abordable - à moins de 30€ la nuit. C'est difficile : les prix ont plus que doublé par rapport à ceux indiqués dans le guide, et encore on est en basse saison ! On prend une chambre double à l'hôtel Tropical Africa et on part en quête d'un café internet. On finit par trouver au "bistrot Pescador". On y mange et on y passe l'après-midi à mettre à jour le blog pour la première fois depuis notre arrivée en Afrique. Il était temps ! L'endroit est plutôt agréable pour faire ça avec vue sur la mer. Et c'était le bon jour, car pour la première fois aussi depuis notre arrivée en Afrique, le temps n'était pas beau : nuageux et averses. On prend le repas du soir au bar de notre hôtel. Au Mozambique, le service est lent. Ce soir, on attend 1h pour un steack et un poisson grillé. Comme qui dirait, ils ont dû aller le pêcher avant de le cuire ! En tout cas, il ne faut pas avoir trop faim en s'attablant. Il y a du foot à la télé - Porto vs Benfica, et le bar est blindé. On finit notre repas juste avant le début du match et des cris ! Heureusement on avait senti le truc venir et demandé une chambre loin du bar ...

11/05/2013 - Petite pause à Inhambane
11/05/2013 - Petite pause à Inhambane

Commenter cet article

Martine P 15/05/2013 23:45

Je me demande si lors d'un hypothétique retour au Mozambique, qui sait, vous n'opteriez pas pour un 4x4, c'est juste une idée qui me passe par l'esprit...
bisous