Les rizières de Longshuba et Laohuzui - jour 3, 25/03/2013

Publié par David, le 27 Mars 2013

Courte nuit, lever aux aurores, avant le soleil ! Un exploit que ceux qui nous connaissent sauront reconnaitre à sa juste valeur. Les effets du décalage horaire, je présume. La contemplation sereine de la séance populaire de taichi matinal sur la grande place du village, située en face de notre hˆotel, achève de nous éveiller en douceur.

Petit-dej' copieux à l'hotel Yunti, grand-frère classieux de notre hotel, mais niveau accueil et anglais, pas mieux. Un tronc d'environ 4mx2mx1m fait office de bureau d'accueil, directement taillé dans un arbre dont les dimensions laisse songeur.
A 10h, on part trouver Belinda, une femme qui nous avait abordé à notre arrivée en bus, qui fait guide et qui demeure la seule personne avec qui on peut communiquer dans ce village. On organise avec elle nos visites dans les rizières, pour cet après-midi et la journée du lendemain. D'ici là, place à l'aventure: on part tout seul à la recherche de la rizière perdue, celle de Longshuba, a priori à 5 km du village. Belinda nous indique le chemin : à la station de bus, petite rue, up, and then, up, or down. OK, ça marche, on est parti.
On rencontre régulièrement des chinois, très peu nous adressent un salut. Certains tentent de communiquer un peu lorsqu'on les salue, alors on pointe un bras dans une direction en répétant bêtement "Longshuba? Longshuba?". De toute façon on comprend jamais ce qu'ils répondent, et eux ils font toujours comme si on comprenait le chinois... Mais bon c'est marrant. Un pauvre diable est tout content de nous montrer comment il casse les briques avec son marteau : à part lui, les autres restent assez indifférents. Après une excursion non premeditee dans un village crado, on finit par apercevoir de belles rizières. Certaines ont une magnifique couleur rouge, due à des algues. On est content, on a galéré mais c'est superbe et on fait plein de photos. On a les jambes cassées au retour, on a bien marché mine de rien.
13h30, il faut manger, on achète ce qu'on trouve dans la rue et qui nous inspire à peu près : saucisse, mais bouilli, bananes. On fait des courses au supermarché: on ne trouve quasiment rien qui puisse nous servir de pique-nique pour le lendemain : la plupart des plats sont des "lyophilisés" et on n'a pas de quoi réchauffer de l'eau. On prend des cacahouettes, des chips, et on laisse de cˆoté les conserves peu ragoutante genre sucette de poisson et pattes de poulet, et autres trucs non identifiés. Ces achats nous amènent à nous ballader un peu dans les rue de ce gros village. Pas mal de femmes sont habillées en tenue traditionelle Hani ou Yi, alors que d'autres sont très occidentales, et tout ce beau monde se mélange naturellement.
16h, départ avec Mr Bai, notre chauffeur attitré pour nous mener aux rizières de Laohuizi pour le coucher du soleil, sympa et rieur, mais à part "photo" et "buffalo", pas d'autres mots d'anglais au répertoire : conversation limitée malgré tentative répétée des deux côtés. Quelques arrêts sur le chemin nous permettent déjà d'admirer de beaux paysages, avant le clou du spectacle. Les chinois ont barré la route qui y mène pour rendre l'accès aux points de vue payant. Sur place, points de vues aménagés, une foule de touristes chinois qui prennent position, avec appareil réflex, téléobjectif et trépied : chacun se réserve un petit coin pour sa (ses) photo du coucher de soleil. On dénombrera une seule touriste non chinoise, à part nous. On admire le spectacle et comme tout le monde, on mitraille.
Retour à 20h au village. Diner à l'hotel Yunti (peu de restaurant dans le coin): quelle galère de manger une soupe avec des baguettes, mais quelle galère ! J'avoue j'ai failli abandonner plusieurs fois, mais bon j'avais faim quand même, l'instinct de survie prend le dessus dans ces cas là et l'être humain est plein de ressources insoupsonnées. En plus ils nous ont apporté un plat pour au moins 6 personnes... Après une bataille de communication/compréhension avec l'accueil de l'hotel pour appeler notre auberge à Kunming (on veut décaler notre réservation d'un jour), on va au lit, encore une fois épuisés. Demain, réveil à 5h pour assister au lever de soleil sur les rizières...

Les rizières de Longshuba et Laohuzui - jour 3, 25/03/2013Les rizières de Longshuba et Laohuzui - jour 3, 25/03/2013

Commenter cet article

Tatiana 21/04/2013 20:17

J'ai mieux que la soupe avec baguettes (d'ailleurs ils vous ont pas donné une espèce de cuillere en porcelaine??): manger un oeuf au plat!! C'était marrant tiens, heureusement que qd on a petit dej ce jour-la on etait les derniers et y'avait personne pour me regarder...

Martine P 28/03/2013 11:46

Les couleurs sont féériques. Ce riz ne peut qu'être que savoureux.

Martine P 27/03/2013 23:29

On attend avec impatience des photos de vous en train de manger la soupe avec des baguettes !