23/05/2013 - Vers le lac Malawi

Publié par Fanny, le 27 Mai 2013


Aujourd'hui, on change de mode de voyage. On laisse la voiture pour commencer la partie "sac-à-dos" de notre voyage. Avec les affaires qu'on a laissées de côté hier, on a maintenant chacun un gros sac (13-14 kg) et un petit sac-à-dos, tous deux pas trop pleins.
On se rend donc à l'aéroport de bon matin pour rendre la voiture et prendre notre vol pour le Malawi. Il y a un peu de monde sur les routes de la banlieue de Johannesbourg, l'aéroport est à 30min, on arrive bien à temps pour enregistrer tranquillement.
Le vol pour Lilongwe se passe bien. Il dure 2h30 et un repas de midi nous est servi.
Les formalités d'entrée au Malawi sont rapides : pas de visa, un simple coup de tampon sur le passeport et on est autorisé à rester au Malawi 30 jours. L'aéroport de Lilongwe est petit, mais a heureusement un ATM où on peut retirer des kwachas (1000 kwacha=2.25€). Après les rands sud-africains et les meticais du Mozambique, on commence un peu à se mélanger ...
Il nous faut prendre un taxi pour le Mabuya Camp où l'on compte passer la nuit. Un panneau indique le prix de la course de taxi pour le centre-ville à une vingtaine de kilomètres de l'aéroport : 35 USD ! Presque aussi cher qu'en Europe !
On sort de l'aéroport d'un pas décidé pour éviter les habituels rabatteurs qui essaient de récupérer les touristes avant qu'ils arrivent aux taxis officiels. Mais arrivés dans le parking qui leur est réservé, aucune voiture n'arbore un quelconque signe distinctif de taxi. On en prend une au hasard pour le Mabuya Camp où on s'installe dans une hutte où l'on reste se reposer toute l'après-midi : on a enchaîné quelques nuits courtes, on commence à être bien fatigués. Et de toute façon, Lilongwe n'a pas grand chose d'intéressant à offrir aux touristes.
On dîne au restaurant du Mabuya Camp qui sert le repas entre 18h et 18h30 seulement ! On a droit au traditionnel poulet grillé - riz.
Au Malawi, internet est bien développé, notamment au travers des réseaux de hotspots wifi tels que Skyband. La carte que nous achetons ici nous permettra de nous connecter un peu partout dans le pays et de vous donner des nouvelles.

Le lendemain, on veut se rendre au Lac Malawi dans la région de Monkey Bay et Cape Maclear. Selon les sources, le bus pour Monkey Bay part à 7h30 ou 8h, et il faut arriver 1h avant pour avoir une place assise - et il vaut mieux être assis car le trajet dure 6h. Un taxi réservé pour 6h doit nous amener à la gare de bus. Il ne viendra jamais, mais celui d'autres touristes est là et après les avoir amenés, il revient nous chercher. Selon lui, il y a un seul bus pour Monkey Bay par jour et il part à 7h. Dur dur de savoir à quoi s'attendre ! Finalement, le bus partira à 8h30. Entre notre arrivée et son départ, il se remplit peu à peu, et quand il n'y a plus de places assises (vers 7h30) les gens commencent à s'entasser dans le couloir.
Bien que le bus soit vieux, habité de quelques blattes et un peu trop plein, le voyage est tout-à-fait correct : pas de bagages partout, pas de panne, un nombre raisonnable d'arrêts et une moyenne de 50km/h. A chaque arrêt, des vendeurs accourrent et proposent par les fenêtres du bus toute sorte de produits à manger : pain, samoussas, boissons, maïs bouilli, fruits ... et criquets grillés. On compose ainsi notre repas de midi sans bouger de notre place dans le bus, mais sans oser goûter aux criquets !
De Monkey Bay, on finit le trajet pour Cape Maclear à l'arrière d'un pick-up avec 2 allemandes rencontrées dans le bus. Après un rapide tour des hébergements du village, on prend une chambre au Mafusa Camp, seule option peu chère non complète. Et on finit la journée en assistant au coucher du soleil sur le lac Malawi, au Mafusa Beach Bar, en sirotant un coca frais.

23/05/2013 - Vers le lac Malawi
23/05/2013 - Vers le lac Malawi23/05/2013 - Vers le lac Malawi23/05/2013 - Vers le lac Malawi

Commenter cet article

Léa 28/05/2013 11:23

C'est très riche en protéines les criquets, dommage...
Très sympa le coucher du soleil sur le lac Malawi, ça valait le coup de passer 6h de bus en compagnie de quelques blattes (non comestibles elles).