29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

Publié par David, le 3 Octobre 2013

Nous avons donc quitté hier le Kaokoland et ses Himba pour le Damaraland et ses … Damara (langue : nama). Après avoir un temps constitué un gouvernement autonome, le Damaraland fut réintégré à la Namibie et la région Kunene en mai 1989. Le relief est composé de plaines arides recouvertes de savanes dominées par des montagnes, dont certaines sont les restes d'anciens volcans (comme le Spitzkoppe, fameux pour les grimpeurs). On trouve de temps en temps des restes de forêts pétrifiées, signes que le climat était totalement différent il y a des millions d'années. La région est également riche en peintures rupestres, et en particulier à l’endroit où nous nous trouvons, Twyfelfontein (en Afrikaan, source incertaine), que nous allons visiter ce matin.

Le site est très touristique. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007, il abrite plus de 2000 gravures rupestres sur des roches de grès – l’une des plus importantes concentrations d’Afrique, et aussi quelques peintures. La plupart de ces œuvres bien préservées représentent des animaux - rhinocéros, éléphants, autruches, girafes, ... - ainsi que des empreintes de pas d’hommes et d’animaux, et des cartes sommaires du réseau de sources de la région, vitales à l’époque. Toutes les gravures sont sans aucun doute l'œuvre authentique des chasseur-cueilleurs San, qui vivaient dans la région bien avant (depuis 6000 ans environ) que des bergers Damara ne les délogent, il y a environ 1000 ans.

Nous y voilà donc, nous retrouvons nos premiers cars de touristes depuis Etosha. Ça ne nous avait pas manqué… Prendre un guide est obligatoire pour arpenter un des courts sentiers menant à des gravures.
Il y a beaucoup de gravures dans la zone : en fait, elles ont été faites sur les falaises qui surplombent le site et qui tombent en morceaux, les blocs de roche dégringolent jusqu’en bas et révèlent alors parfois les œuvres des artistes chamaniques en transe. Ce mécanisme de mise à jour doit également en détruire à jamais beaucoup d'autres... Le clou du spectacle semble être le « Dancing Kudu » et le « Lion man », un lion dont la queue se prolonge et se termine par une main d’homme, représentant certainement la transformation de la transe. Il est également intéressant de voir des pingouins et des lions de mers, comme aux Tsodilo Hills au Botswana, sauf que ce coup-ci on est plus près de l’océan quand même (environ 100 km).

29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

Il fait bien chaud. Fanny veut absolument faire un détour rapide pour aller voir des troncs d’arbre pétrifiés, ce qui laisse encore la possibilité d’aller ensuite faire un autre détour, dans les lits de rivière de l’Aba-Huab et l’Huab.
En fait, on se fait un peu avoir, car on s’arrête à la première indication « Petrified Forest ». On se gare au parking, il y a une petite cahutte qui ne fait pas très officielle mais bon, personne dedans, alors comme on n’a pas que ça à faire, on se lance tout seul dans le petit sentier à la recherche de troncs d’arbre pétrifiés. Un gamin ne tarde pas à débarquer pour nous guider et tenter de nous faire payer parking+site au même prix que le site officiel. ça confirme ce qu’on pensait, ce n’est pas le site indiqué dans les guides, il était plus loin sur la piste. Pas grave, on a vu quelques troncs, certainement pas aussi grands que ceux du site officiel, mais pas ridicules du tout, et de toute façon, on n’avait pas trop le temps d’aller plus loin. En fait, toute la zone comporte des arbres pétrifiés, et plusieurs pseudo-sites taggés « Petrified Forest » fleurissent tout le long de la piste pour attirer les touristes.

29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

On s'engouffre ensuite dans le lit de l'Aba-Huab, au niveau du croisement de la rivière avec la piste pour le camp Doro Nawas. On a lu dans des forums que c’était sympa à faire. Effectivement, c'est magnifique et pas trop sableux. Là où la plaine s'ouvre, entre l'Aba-Huab et l'Huab, une vue panoramique s’offre à nos yeux émerveillés, nous embrassons d’un regard les collines aux contreforts farinés de sable orange. Quelques animaux, éléphants, springboks viennent compléter le décor.

29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

En rejoignant le lit de l’Huab, un peu plus loin, c’est moins drôle, ça devient très sableux, mais aussi moins joli (mais plus peuplé d'animaux), et on ne peut pas trop s'arrêter car la punition serait immédiate. De toute façon, il est plus que temps d'aller rejoindre la côte des squelettes, car il y a une heure limite (15h) pour avoir le droit de rentrer dans le parc. On roule vite sur la piste principale, d’après le GPS on a 5 minutes de marge...

En quelques kilomètres, c’est un changement complet de décor. La température chute de 20°. Cela est dû au fait que cette côte est baignée par les courants froids du Benguela venant de l'Antarctique ... La route est magnifique de l'entrée dans le parc jusqu'à l'océan, révélant toute une palette de couleurs irréelles qui vacillent avec le mélange d'air chaud et froid. Les dunes s'élèvent, puis le ciel se couvre de nuages bas et gris. Un vent glacial et humide balaie la côte désertique. L'océan gronde en roulant plusieurs rangées de gros rouleaux. Tout ici semble nous rejeter. De ce point de vue, la Skeleton Coast ne nous déçoit pas. Mais on n'a pas trop envie d'y traîner ! Le long de la côte, on peut apercevoir une épave ou des restes d'engins d'exploitation de pétrole ou de diamants. Il fallait en vouloir pour venir s'installer ici ! Au milieu de ce terrain inhospitalier, un petit havre de paix abrite quelques flamands dans un paysage plus accueillant, le lagon de la rivière Huab.

29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

On arrive au camping de mile108 alors que la nuit tombe. Des bâtiments tout moches sortent à peine de la brume qui s’épaissit rapidement, bétonnés, sales. L'endroit est paumé, au milieu de nulle part. Comment pourrait-il en être autrement quand le lieu-dit précédent s'appelle St-Nowhere ? Pourtant il y a des centaines d’emplacements de camping, sûrement prévus pour la haute saison touristique où des hordes de pêcheurs débarquent. Bien sûr, nous sommes seuls.
Il n'y a pas d’eau chaude. En manœuvrant je dégomme un plot en béton, heureusement sans trop abîmer l’avant du 4x4. Il fait froid, humide, il y a du vent, on se réfugie dans les toilettes à ciel ouvert pour faire aussi rapidement que possible à manger. Purée mais c’est quoi ce coin !? Le vent se renforce encore pendant la nuit. Il gonfle la bâche de la tente et fait tanguer la voiture, nous obligeant à nous déplacer pour nous abriter derrière un plus gros bâtiment, en face du fil sur lequel des poissons qui puent sont suspendus pour sécher. Finalement, le vent tombe en fin de nuit et on peut dormir quelques courtes heures. Journée et nuit bien remplie, encore une fois !

29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast
29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast29/09/2013 – De Twyfelfontein à l’Aba-Huab pour s'échouer sur la Skeleton Coast

Commenter cet article