25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale

Publié par David, le 2 Octobre 2013

Après une nuit médiocre, on quitte notre bivouac de fortune en direction d’Opuwo. Le trajet s’avèrera vraiment très pénible. La piste est pourtant répertoriée sur les cartes (la D3707), mais tour à tour on se fracasse sur les cailloux, on vibre sur la tôle ondulée, et on se noie dans la poudre d'argile, un vrai régal .... On met 4h30 pour faire les 180km qui nous séparent d'Opuwo. Il y un moment où on a un beau point de vue sur la rivière Hoarusib. Cool.

Finalement, on arrive (entiers) à Opuwo. C’est une ville curieuse, on est tout de suite frappé par le mélange remarquable des populations : des blancs et des noirs habillés à l'occidentale, parfois en costume, des femmes Hereros en robe victorienne, coiffées d'un drôle de chapeau, et des Himbas vêtues simplement d'une peau de chèvre serrée autour de la taille, qu'on peut voir descendre de voitures modernes ou se balader les seins à l’air au supermarché. L’ambiance de la ville n’est cependant pas joyeuse, on sent que des mondes séparent les différents peuples, que certains sont miséreux alors que d’autres exposent leur richesse.

25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale

N’étant pas tombé sous le charme d’Opuwo, on se s’attarde pas et on roule encore 2h30 sur une bonne piste jusqu'à Epupa. Ce petit village se situe à la frontière de l'Angola, sur la rive Sud du fleuve Kunene. On arrive juste avant la nuit au camping communautaire, toute cette route nous a crevé et cassé. L'endroit est très peu développé, mais il y a quelques touristes. Un seul plat disponible ce soir au bar du camping où on s’éclaire à la bougie : saucisse-frites. C’est pas une journée qui restera dans les mémoires …

Le lendemain, on découvre un peu mieux le cadre. Le camping est un petit coin de paradis, avec des palmiers et les chutes - Epupa Falls in English - à quelques dizaines de mètres. En fait, on se croirait presque à la plage. Ici, on fait ce qu’on veut, et ça, c’est trop cool ! Parce que c’est rare, la liberté : souvent, dans les sites sublimes, il y a toujours des panneaux qui disent « Faites pas ci, faites pas ça », ou bien « Interdit de faire ci, attention à ça, etc. ». Ici, pas de barrière, pas (encore) de péage, si on veut se suicider en se jetant du haut des chutes, pas de pb, si on veut aller barboter avec les crocodiles, personne vient t’emmerder, tu fais ce-que-tu-veux ! On part faire le tour des environs, la visite est libre, les enfants sympas, ils nous demandent des photos et viennent s'amuser avec nous, les adultes sont heureux de nous montrer un crocodile, ça fait plaisir. Voilà un site encore naturel et authentique, mais ça ne va pas durer, car avec la nouvelle route l’accès est devenu beaucoup moins rébarbatif … C’est fascinant de constater que côté Angola, il n’y a rien, enfin juste une vache, pas âme qui vive semble-t-il. Qu'en sera-t-il dans quelques années ? Le potentiel est là, c’est certain. Au village, on regarde les tenues des femmes Himba : elles sont vraiment superbes, ça fait ambiance post-apocalyptique leurs habits et leurs cheveux (un peu comme les tenues dans Predator).

25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale

Le coucher de soleil arrive, et la lumière vient véritablement sublimer les chutes, ravivant les couleurs rougeoyantes des roches, illuminant les baobabs accrochés aux parois, faisant scintiller de mille feux les nombreuses cascades. C’est beau, c’est apaisant. On se sent bien.

Le soir on s’est fait inviter par nos voisins campeurs Sud-africains, c’est un vrai festin comme d’habitude avec eux, leur générosité déborde sur les morceaux de viande comme sur le reste !
Ils ont aussi invité un voisin allemand qui fait un tour en vélo – un grand tour je veux dire, 2 ans quoi. C’est le gars qu’on avait dépassé en 4x4 hier en lui mettant plein de poussière dans la tête en se disant, le pauvre ! Il a un projet artistique, le projet Nala, qui plus ou moins vise à faire venir la chanteuse Sade – dont il est très fan, en Afrique. Nala est la mascotte de son projet, une petite fille qui a de grands yeux ouverts et qui tend le cou pour voir le monde derrière sa fenêtre trop haute.
Ayant repris des forces, avec toutes ses saucisses et brochettes, poulet et côtelettes, on passe une bonne nuit.

25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale
25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale25/09/2013 - Epupa Falls, des mini-chutes Victoria, mais une liberté totale

Commenter cet article