21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren

Publié par Nous, le 28 Octobre 2013

On quitte le parc des chutes d’Augrabies sous l'orage. La route pour le parc du KTP est goudronnée tout du long. On fait quelques courses en chemin, le plein d'essence, ... Mais les petites villes qu'on traverse ne nous sont pas agréables : des gamins mendient dans les parkings, on ne peut pas s'arrêter un instant sans avoir quelqu'un qui vient à notre fenêtre. On n'a connu ça que très rarement durant notre voyage. On n'a pas envie de traîner, on reprend vite la route vers le KTP.

Mais alors qu'il nous reste encore 150km avant le parc, le voyant d'avertissement du système d'alimentation en gazole s'allume. On n'avait pas encore eu de problème mécanique avec la voiture, c'était trop beau ! Il est vraiment temps qu'on la rende, cette bagnole : ces 2 dernières semaines, on a d'abord cassé la vitre du rétroviseur, puis il y a eu les 2 crevaisons et la porte du coffre qui lâche, et maintenant ce voyant ! Mais malgré ça, la voiture tourne encore normalement. On est à mi-chemin du parc, on décide de continuer plutôt que de revenir à Upington chercher un garage, surtout qu'aujourd'hui c'est dimanche, tout sera certainement fermé. En plus, les voitures du parc sont souvent des Toyota Hilux, ils doivent bien avoir des gens pour les entretenir qui pourront nous aider. On essaye quand même en chemin d’avoir un avis à une station essence (où il n'y a pas d'essence), mais les réponses qu’on nous donne ne sont pas très convaincantes ("bof ça doit être un fusible ...") ...

On n’arrive pas trop tard au KTP et on parle de notre souci à un employé du parc qui nous recommande d’aller voir le service technique le lendemain matin. D’ici là, on ne préfère pas risquer une panne juste avant la nuit alors on s’abstient d’une première exploration du parc pour le coucher du soleil. Mais les services techniques du parc n’ouvrant pas avant 8h le lendemain matin, on décide qu’on n’attendra pas de les voir pour faire un tour dans le parc demain matin et profiter des meilleures heures de l’aube pour l’observation des félins malgré notre voyant allumé. Pour la nuit, on s'installe au camping de Twee Rivieren à l’entrée du parc, certainement pas le plus beau du voyage avec des emplacements rapprochés et peu ombragés qui offrent peu d’intimité.

Lever donc à 6h avec le soleil et départ en 30 minutes, malgré une très mauvaise nuit : le vent s'est mis à souffler fort juste au moment où on s'est couché et n’a pas faibli pendant des heures ! A midi, on rentre bredouille. On n’a rien vu de sensationnel, hormis un cobra et un ratel que nous a montré un visiteur sud-africain tout excité. C'était le premier qu'il voyait de sa vie, mais nous, on en a déjà vu des dizaines au CKGR au Botswana, à tel point qu'on ne s'arrêtait plus pour les regarder !

21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren

De retour au camp, on passe aux services techniques. Un employé règle notre problème de voyant en 5 minutes. Il y avait un peu d'eau dans l'essence qu'on a mis à Upington, sans doute à cause de l'orage. Le technicien la vidange au niveau du filtre à gazole et le voyant s'éteint. Cool !

Après le repas, il y a toujours trop de vent. Impossible de faire la sieste dehors et à dormir dans la voiture, on préfère le faire devant un trou d'eau. On repart donc sur les pistes assez tôt. Fanny somnole dans la voiture tandis que David conduit. Pour tromper l'endormissement qui le guette, il s'arrête au niveau de rochers à la recherche d’un éventuel léopard. Fanny regarde à moitié, "tu vois quelque chose ? Non.", elle détourne la tête vers le côté opposé. Des silhouettes se découpent sur le sommet de la dune. Des guépards ! Enfin, après 4 mois dont au moins un complet dans des parcs sans en croiser un seul. L'émotion nous prend, puis l'excitation. Ils sont 4, une maman et 3 jeunes déjà assez grands, mais pas encore indépendants. Et comme c'est la journée des premières, ils nous offrent aussi notre première scène de chasse : la mère s'approche de la voiture, s’en sert pour se cacher et démarre en trombe à la poursuite de springboks qui broutent à une centaine de mètres de là. Incroyable ! La chasse n'est malheureusement pas fructueuse et les 3 jeunes attendent le retour de leur mère allongés sur la route, juste devant nous. A son retour, ils s'installent tous les 4 dans les herbes, à l'ombre. On est seuls avec eux pendant 1h ! On reste encore en leur compagnie jusqu'à l'heure de rentrer au camp de Twee Rivieren, juste avant le coucher du soleil.

21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren
21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren21/10/2013 - Kgalagadi Transfrontier Park (KTP), Part 1 : autour de Twee Rivieren

Commenter cet article