08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert

Publié par David, le 18 Octobre 2013

Aujourd’hui sonne le départ de Swakopmund en direction d’Homeb. On s’enfonce donc dans les paysages désertiques en longeant la rivière Kuiseb, dont le lit asséché est cependant parsemé de verdure qui relève magnifiquement l'ocre et l'orangé du désert. De nombreux arrêts photos ponctuent le trajet, une école colorée posée au lieu de nulle part égaye le panorama, et aucune voiture ne vient nous déranger sur la piste. On dépasse la station de recherche de Gobabeb. Elle est dédiée à l’étude des écosystèmes arides et leur variabilité long-terme, et a plutôt bien choisi son emplacement car située au point de rencontre de 3 écosystèmes différents : la rivière éphémère, la mer de dunes au sud, et la plaine rocheuse au nord. On poursuit ensuite jusqu’à Homeb, au débouché du canyon de la Kuiseb qui sépare par un étroit oasis de verdure la mer de dunes orangées, du désert de rocaille : les couleurs sont simplement magnifiques. On voulait absolument passer par là pour voir d’en bas ce qu’on avait contemplé d’en haut.

A Homeb, il y a un site de camping, c’est là qu’on passera la nuit. Pas d’eau, pas d’électricité, des toilettes sèches, hyper tranquille comme coin. Heureusement c’est bien ombragé, sous de grands arbres, car ce n'est pas la rivière à sec qui pourrait nous rafraichir. Personne ne passe vérifier qu’on avait bien payé pour passer la nuit ici … La venue du soir nous offre, outre une température plus supportable, un beau coucher de soleil sur une dune relativement haute à 30min de marche du camp vers l’est.

Entre-temps, un groupe de touristes emmené par Tourmaline s’installe aussi au campement (on ne les voit ni ne les entend de notre emplacement, une centaine de mètres plus loin). Leur accompagnateur est le gars qui avait accueilli Clotilde et Pec à leur arrivée à Windhoek : nos copains sont en effet passés par cette agence pour organiser leur voyage. Ce qui est drôle quand même, c’est que ce gars avait déjà entendu parler de nous et de notre voyage avant, par l’intermédiaire des Gallizia, les amis de nos parents qu’on a retrouvé à Swakopmund la semaine dernière et qui sont aussi passés par Tourmaline. Le monde est petit et on est ultra-connu il faut dire :-) !

On en profite pour discuter avec lui de notre prochaine destination, le parc du Naukluft. Au vu des photos et blog d'autres personnes, Fanny et moi ne sommes pas convaincus par l'intérêt de cette zone, mais il conforte Clotilde dans l'idée que les deux randonnées existantes dans le parc sont différentes et intéressantes. On va donc essayer de faire le Waterkloof Trail plus la randonnée de l’Olive Trail. Cela nous laisse un planning serré pour les prochains jours, et implique qu'on ne va pas pouvoir trop s'attarder ici demain.

08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert

Le lendemain matin, c’est lever aux aurores pour monter sur le sommet en face de notre camping : l’objectif, assister au lever du soleil qui devrait mieux éclairer les dunes que le coucher. Bon, et bien pour une fois, c’est un peu raté : ce matin, c’est nuageux. Après réflexion, on se dit aussi que la prochaine fois qu’on vient, il vaudrait mieux monter le sommet un peu en aval du nôtre …

Malheureusement, en raison de nos nouvelles contraintes planning, on n’a pas le temps de marcher jusqu'au canyon de la Kuiseb, quelques km en amont. Ce serait sans aucun doute une très belle ballade. Pour quand même voir le canyon, dont on est tombé amoureux après le survol, on prend les 4x4 pour faire la petite piste qui amène à un point de vue en hauteur (1h). Cette piste est super sympa, évoluant dans des décors changeants et très sauvages, et c’est 4x4 obligatoire avec un petit passage technique amusant. Avec à la clef, des points de vue sur le canyon vraiment somptueux. Les couchers de soleil doivent être fantastiques ici ... mais on n’a pas beaucoup le temps d'explorer le coin, dommage. Il existe une piste qui descend au canyon, la prochaine fois (oui oui, il faut revenir un jour !), ce sera sympa de passer quelques heures ici à pied. On reprend la piste sans traîner, direction le parc du Naukluft, avec ses paysages plus montagneux.

08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert
08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert08/10/2013 - Homeb, un éden dans le désert

Commenter cet article