29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango

Publié par Nous, le 13 Septembre 2013

On quitte le camp de Khwai pour s'enfoncer davantage dans le delta de l'Okavango et le parc de Moremi, vers le camp de Xakanaxa (prononcer !nakana!na avec un clic de langue) où nous avons une réservation pour les deux prochaines nuits.
La matinée est marquée par l'observation d'un groupe de lions (2 lionnes et des jeunes lions. L'une des lionnes est maigre à faire peur. Le groupe se déplace d'ombre en ombre heureusement sans s'éloigner de la piste et finit par s'installer sous un arbre avec vue sur des gazelles au loin : le repas de ce soir ?

29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango
29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango
29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango

Arrêt picnic à Dombo Hippo Pools, dans la seule cache de Moremi, à notre connaissance. Vue sur un grand plan d'eau, mais rien d'exceptionnel, et peu de vie aujourd'hui.

On reprend la route. On trouve la portion entre Khwai et Xakanaka moins belle que la zone d'hier, dans l'est de Khwai.
La piste principale pour Xakanaxa est barrée par de l'eau, et on n'en trouve pas d'autre qui parte dans les abords immédiats. Inquiets de notre consommation d'essence, on décide de passer à gué plutôt que de faire des kilomètres à la recherche d'un contournement. Le passage est plus profond que prévu, mais ça passe. La plaque d'immatriculation a quand même souffert et pendouille d'un côté, comme une voiture qu'on croise nous le fait remarquer.
On arrive ensuite dans la zone de Xakanaka, les paysages sont plus aquatiques, on traverse de grandes forêts qui finissent dans les marécages. Dans ces zones tampons, on trouve parfois de belles prairies parsemées de grands arbres morts. On y rencontre cependant peu d'animaux.

29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango
29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango
29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango29/08/2013 - Parc de Moremi, vers le coeur de l'Okavango

Le camping est situé en bord de marécage, avec des emplacements assez rapprochés, et on a encore droit à une douche chaude. Un voisin pas farouche nous observe : c'est le bushbuck du camping. On nous raconte que ces derniers temps, un éléphant tourne dans le site car il a développé un goût pour la nourriture des gens. Il a piqué les vivres d'un groupe de sud-africains juste avant qu'on arrive. On nous dit de nous méfier, de ne rien laisser dehors, mais que dans la voiture, ça ne craint rien.
Mais une fois couchés dans notre tente sur le toit du 4x4, on sent tout-à-coup la voiture qui tangue, quelque chose qui frotte la tente. On comprend vite qu'un éléphant est en train de chercher la nourriture qui est dedans. Ayant déjà pu observer ce qu'il est capable d'arracher pour le manger, on a une belle trouille. Mais que faire ? On ne peut pas sortir de la tente et essayer de lui faire peur pour le faire fuir, ça pourrait empirer la situation, et dans ce cas, on est mort. Donc on attend une très longue minute, sans bouger, assis au milieu de la tente, et heureusement il finit s'éloigne sans rien casser. Quand on l'entend fouiller la poubelle un peu plus loin, David ose sortir la tête et l'éclairer. En face, une grosse paire de fesses l'observe. L'éléphant est immense, sa tête est plus haute que notre tente perchée sur le 4x4 ! Ouf, on l'a échappé belle. Dès qu'il est suffisamment loin, on descend et on enferme nos fruits dans le frigo. Peut-être qu'ainsi, il ne les sentira plus ... Le lendemain, on constate ses méfaits : de la boue sur les poignées des ouvertures du coffre ainsi que dans les chaussures de David (apparemment il n'a pas apprécié l'odeur des chaussettes). Il est donc quand même assez malin pour avoir identifié les ouvertures et essayé de les débloquer !

Le Bushbuck du camping

Le Bushbuck du camping

Commenter cet article

Martine P 13/02/2014 21:16

j'aurais fait une crise cardiaque à votre place... heureusement qu'il ne s'est pas fâché avec la voiture !