27/07/2013 - Khama Rhino

Publié par David, le 5 Septembre 2013

Finalement, ni les lions ni les éléphants ne sont venus nous attaquer cette nuit, ouf ! On va faire un tour dans le lit de la rivière pour voir des traces de ce qu'il s'est passé cette nuit, mais tout semble calme. Nous reprenons donc la route vers la réserve de Khama Rhino Sanctuary.

27/07/2013 - Khama Rhino

On traverse les premières petites villes du Botswana, il est temps pour nous de retirer de l’argent dans la monnaie du pays. Pas si facile en fait, il faut croire qu’on tombe au mauvais moment : dans la ville où on s’est arrêté, il y des queues interminables devant tous les distributeurs. On en fait plusieurs, mais à chaque fois, le distributeur rend l’âme ou n’a plus de billet en stock ! Apparemment, les gens viennent retirer leur paie à la fin du mois. Après plusieurs tentatives infructueuses, on finit par y arriver, mais on commençait à s’inquiéter.

Le but principal de la réserve de Khama Rhino est la protection des rhinocéros blanc et noir. Pour info, il ne reste plus que 3000 spécimens de rhino noirs dans le monde, on n’est pas très loin de l’extinction. Ils étaient 70 000 en 1970. Vive le braconnage ! Le nom de « rhinocéros noir » est un emprunt de l'anglais « black rhinoceros » pour faire pendant à « white rhinoceros », mais les deux espèces sont en réalité gris foncé et ne se distinguent pas sur le plan des couleurs. En fait, ces appellations trompeuses proviennent d'une faute de traduction de l’afrikaans où wijde signifie large, mais a été confondu avec white, c'est-à-dire blanc. Le rhinocéros blanc est en effet plus gros que le rhinocéros noir.

Côté 4x4, la conduite sur sable commence pour nous. Pas de problème pour l’instant, on gère. Le camping du parc est correct, avec de l’eau, mais pas de point d'électricité.

Le moment fort de cette journée est la rencontre privilégiée avec un rhinocéros noir juste à côté du point d'eau de la cache. Alors que j’étais (David) reparti à la voiture pour chercher de quoi pique-niquer dans la cache, me voici nez à nez avec un rhino à une quinzaine de mètres. Heureusement, les rhinos, ça voit très mal. En revanche, ça sent très bien. J’avais bien fait de me doucher la veille J. Je fais rappliquer Fanny et une famille française présente dans la cache. Et nous voilà tous plus ou moins planqués derrière la voiture, à observer ce monstre directement sorti de la préhistoire, avec son allure massive et trapue, protégé par son enveloppe semblable à une carapace. Il se dirige tranquillement vers le point d’eau, ce qui nous laisse ensuite le loisir de l’observer d’encore plus près depuis la cache, à près de 2m seulement de lui et de ses cornes qu’il s’évertue à frotter pendant 10min sur la corde métallique entourant la cache. Une sorte de pédicure sûrement … Nous identifions définitivement le rhino comme noir, car sa lèvre supérieure est pointue, faite pour arracher des branches et feuilles et pas pour brouter de l’herbe, comme le rhino blanc avec sa gueule large. Celle du rhino noir ressemble plus à un bec. De plus, il se déplace avec la tête relevée, comme pour chercher des arbustes à manger à sa hauteur.

On verra par la suite un autre rhino de loin, mais globalement, ça ne fourmille pas d'animaux et finalement, peu de rencontre avec des rhino malgré qu'ils soient une quarantaine dans cette petite réserve

27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino
27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino
27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino
27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino27/07/2013 - Khama Rhino

Commenter cet article