24/07/2013 - Mapungubwe

Publié par David, le 2 Septembre 2013

Dernière étape en Afrique du Sud avant d’entrer au Botswana : le petit parc de Mapungubwe, pendant sud-africain du Tuli Block réputé pour ses paysages peuplés notamment d'éléphants. Dans cette zone frontalière, il ne fait pas bon s'attarder en ville.

L’accès au parc est un peu galère avec des routes barrées et des pistes de déviation à travers les champs de coton … Heureusement, les paysages sont plutôt jolis !

24/07/2013 - Mapungubwe24/07/2013 - Mapungubwe

L’accueil au parc est sympa mais les pistes qui permettent de le parcourir sont assez mauvaises (tôle ondulée). En particulier la piste spéciale 4x4 est très caillouteuse, horrible.

Les paysages sont vraiment très jolis, constitués de patch rocailleux, de baobabs et de plateaux en surplomb, en particulier à la superbe confluence où il flotte un air de bout du monde, avec une sérénité qui vous enveloppe au fur et à mesure que le soleil se couche. Il y a peu d'animaux, mais un musée intéressant sur le peuplement historique de la zone et les fouilles archéologiques en cours.

24/07/2013 - Mapungubwe24/07/2013 - Mapungubwe
24/07/2013 - Mapungubwe
24/07/2013 - Mapungubwe24/07/2013 - Mapungubwe

Notre tentative de se pointer au camping du parc sans réservation est couronnée de succès, heureusement car on arrive de nuit. Le personnel du parc nous avait dit de tenter le coup car un des groupes qui avait réservé un emplacement ne s’était pas pointé. Ce camping est situé à l'extérieur de la partie ouest du parc (celui-ci est divisé en 2 parties distinctes séparées par des terrains privés).

On y fait la rencontre d'une famille voyageant en camping-car depuis 5 ans avec des enfants en bas-âge, et qui reprennent la route après une pause d'un an aux Seychelles ! Ils avaient quitté la France alors que leur 3ième fille n’avait que quelques semaines… Ce témoignage nous marquera : certaines choses que l’on croyait impossibles avec des bébés ou enfants ne le sont clairement pas, c’est une démonstration. On se demande cependant comment leurs filles revivront ensuite leur retour dans la société, sauront-elles s’adapter à une telle perte de liberté, à une vie plus répétitive et pleine de contraintes quotidiennes ?

24/07/2013 - Mapungubwe

Commenter cet article