17/05/2013 - La route d'Inhassoro

Publié par David, le 22 Mai 2013

Décidément, on ne peut pas rester en place à ne rien faire, tout simplement. On se décide à aller voir un peu plus loin au nord, à 80 km de Vilankulo dans la petite ville d'Inhassoro, aux portes de ce qui s'appelle communément "Southern Mozambique". Après, c'est le "Central Mozambique", ça on n'y va pas ! La raison de cette bougeotte, c'est qu'on a bien envie de visiter l'île de Santa Carolina (Paradise Island, l'île la plus au Nord de l'archipel de Bazaruto), et qu'elle est beaucoup plus proche d'Inhassoro, qui est de plus décrit comme paisible avec une belle plage. Départ à 10h du Baobab Camp, arrêt par les flics à 10h15... "Todo bem ?" ouais ouais ça roule et toi ? On pensait s'en tirer là, et le voilà-t-y-pas qui se ramène avec une facturette avec écrit dessus "82km/h", sensé refléter notre vitesse dans la zone limitée à 60, estimée par leur radar mobile. Là avec Fanny, on rigole de surprise, et on lui dit : "Ah nononon monsieur, c'est sûr qu'on était en dessous de 60km/h après le panneau, on a bien respecté la limitation". Parce que justement, on fait super gaffe à respecter les vitesses, c'est primordial ici, il ne faut pas leur donner une seule bonne raison de nous arrêter. Et en l'occurence, on avait les yeux rivés sur le compteur dans la zone, et en plus on les avait vus les flics... On nous la fera pas. "Segura ?" qu'il demande. Oui oui on lui répond. "Ah bon OK vous pouvez y aller" qu'il nous dit en portugais. Même lui il y croyait pas, avec sa fausse facturette qu'il a dû fabriquer avec son collègue ripou.

A part ça, on a bien galéré avec la très mauvaise route reliant le croisement vers Vilankulo à Inhassoro : des tas de nids de poule énormes qui obligeaient à rouler lentement. Arrivé là bas, on découvre un certain côté résidentiel à ce village, et à part camper, c'est inabordable, donc on monte la tente dans un complexe touristique immense, et vide... On y fait aussi une petite négociation pour l'excursion dans l'île pour le lendemain. On descend à 4500 mtc au lieu de 10 000.

Un coup d'oeil au pneu arrière droit qui nous avait tant inquiété dans le Drakensberg, et ça confirme le bruit bizarre qu'on entendait ... on est quasiment à plat ! on file en douceur faire regonfler ce pneu (il était à 1 bar). Apparemment il continue de se dégonfler très lentement. Le "supermarché", ou plutôt le hangar, à côté du camping, ne nous permet pas de trouver de quoi se faire un bon barbeuk : pas de viande, pas de frais. Juste 2 boites de thon pour le picnic du lendemain sur l'île.

"the sleepy Inhassoro" qu'ils disaient dans le guide du Lonely ... tu parles ! malgré l'immensité du site occupé par le resort, on avait l'impression d'être coincés entre 2 boites de nuit qui faisaient un duel. Bref, une nuit en tente pas très reposante.

PS: ah oui, une petite anecdote. On avait oublié notre sac photo (contenant aussi la tablette, nos papiers) à la réception. Ils nous l'ont ramené à la tente, intact. Cette fois, on a eu de la chance, ce sera - et ça n'a pas été - toujours le cas.

17/05/2013 - La route d'Inhassoro
17/05/2013 - La route d'Inhassoro

Commenter cet article

Martine P 26/05/2013 22:58

C'est la routine à présent avec les contrôles, quant au sac photo, ça manquait un peu non ? Vous avez vraiment beaucoup de chance, mais il ne faut pas trop le crier...
bisous